Chaudière basse température en voie de disparition

Une chaudière basse température exige une température inférieure à une chaudière standard. En effet, ce dernier permet de réaliser des économies significatives en termes de consommation énergétique. Cependant, les économies réalisées ne sont pas suffisamment importants pour assurer l’avenir de la chaudière basse température. chaudière-basse-température

Des bienfaits insuffisants

Sur un modèle de chaudière basse température combiné, on obtient une eau chaude sanitaire  à 50°C soit 40°C sur une chaudière classique. Des modèles très basses températures offrent un rendement équivalent à 30 °C. Ainsi, le rendement offert à de quoi satisfaire et comme plombier Chesnay a indiqué, elle transforme en chaleur plus de 90 % de l’énergie consommée, ce qui équivaut à 10% d’économies. Le fonctionnement d’une chaudière basse température se fait en continue, un autre moyen qui permet d’en optimiser le rendement. Cet artisan des Yvelines, la commune limitrophe de Paris, soutient qu’une maison bien isolée située à proximité de la capitale française équipée de radiateurs ou d’un sol chauffant à basse température ferait un nid douillet idéal. En somme, ce type de chaudière suffit à obtenir un bon confort de vie. Cependant, malgré les solutions qu’elle propose, la chaudière basse température crée une polémique liée à ses performances écologiques.

Les chaudières basse température interdites à la vente ?

La directive européenne écoconception ne joue pas en la faveur de la chaudière basse température. Une des visées de cette directive scrute de manière scrupuleuse le marché les appareils de chauffage. Celles qui ne respectent pas les consignes permettant de limiter  leurs effets néfastes sur l’environnement. Ainsi, elle exclut de la vente certains appareils dont les consommations sont trop élevées et les rendements trop faibles. Et malheureusement, la chaudière basse consommation appartient à cette catégorie. En effet, le rendement global minimum de 86 % n’est pas atteint car les chiffres précédents présentaient des performances optimales et non générales, c’est à dire quand l’appareil fonctionne chez l’usager. Rendement que la majorité des chaudières basse température, bien que très efficaces, n’atteignent pas, contrairement aux chaudières à condensation. D’ici 2018, les chaudières basse température disparaissent du marché. Leur usage sera restreint à certains types de VMC.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *